Serpents.be le site de Miwill. Lampropeltis, elaphes, thamnophis et cameleons, tout pour la maintenance, la reproduction et l'achat de ces reptiles
www.serpents.be by  Miwill.gif - 51589 Bytes
Contenu du site

 Accueil
 Conditions de vente
 Forum
 Petites annonces
 Génétique
 Liens
 Bourses
 Téléchargements
 

Les serpents

 Matériel
 Maintenance
 Nourrissage
 Reproduction
 

Les espèces

 Lampropeltis
 Elaphe (Pantherophis)
 Thamnophis
 

La boutique

 Animaux disponibles
 Adultes à vendre
 D'autres élevages
 Nourriture
 

Informations en bref

 Mises à jour
 Questions fréquentes
 Plan du site
Autre site Miwill:
Caméléons

 Me contacter:
  Miwill@serpents.be
 

La reproduction des serpents

L'hibernation

La reproduction des espèces proposées sur ce site est considérée comme très facile. Pour stimuler ces animaux à se reproduire, il faut les faire hiberner. Un reproduction est possible sans passer par cette étape mais les résultats risquent d'être médiocres voire inexistants. Cette période de repos hivernale à une grande influence sur la biologie de l'animal, c'est une sorte de repère pour leur horloge interne.

Pour préparer les futurs reproducteurs à l'hibernation, il faut les priver de nourriture à partir du 1er novembre sans modifier la température du terrarium. Ainsi, il finiront de digérer et videront leurs intestins de tous les restes qu'ils contienent. Il ne faut surtout plus les nourrir jusqu'au réveil de la sortie d'hibernation!
Arrivé au 1er décembre on peut commencer à diminuer progressivement la température pour arriver au 1er janvier avec une température de 10°C. A partir de ce moment et pour les 8 à 12 semaines à venir, il faut maintenir les animaux dans une obscurité proche du noir absolu et à une température se situant entre 8°C et 12°C.

Durant ces 2 à 3 mois d'hibernation, les serpents ne dorment pas totalement mais ils vivent au ralenti. Il faut donc toujours leur fournir un récipient d'eau. Il peuvent donc boire mais toujours pas manger. En effet, comme ce sont des animaux à sang froid, la chaleur nécessaire pour la digestion n'est plus suffisente lorsqu'il fait 10°C. Les aliments risquent de rester dans le corps du serpent et finiront par pourrir en détruisants les tissus interne de l'animal.

Lorsque le 1er février est arrivé (et au plus tard le 1er mars), il est temps d'à nouveau augmenter la température et l'éclairage progressivement jusqu'au 1er mars (ou au 1er avril) pour finalement atteindre les 22°C à 28°C et 14 à 15 heures de clareté dans le terrarium. Le bon gradiant de température étant atteint, on peux enfin offrir une première proie à nos animaux. Ce premier repas doit être léger et petit: une seule souris mais pas la plus grosse de la collonie! Une semaine plus tard, la ration habituelle peut-être reprise: 1 à 2 souris par semaine.

L'accouplement

Quand les animaux ont déjà pris un ou deux repas, il peuvent être placer à 2 dans le même terrarium. Pour augmenter les chance d'accouplement, il faut savoir qu'une femelle qui vient de muer sera beaucoups plus attractive pour le mâle (production de féromones). Si vous maintenez habituelement vos animaux séparément, vous pouvez les laisser enssemble jusqu'au prochain repas, soit 5 à 7 jours.

Attention, dans le cas des Lampropeltis, il faut les mettre enssemble 24 heures après un repas et il ne faut pas laisser enssemble plus de 24 nouvelles heures. Cette opération peut être répétée 2 ou 3 fois pour assurer de bons résultats.
Il est toujours préférable de mettre la femmelle dans le terrarium du mâle et pas l'inverse. Ainsi, la femelle n'aura jamais vu un autre serpent arriver sur son territoire et se sentira en sécurité pour pondre.

Si les deux animaux sont diposés à se reproduire, après quelques minutes d'observations le mâle se dirrigera vers la femelle. Celle-ci fera mine de fuir lentement mais le mâle la suivra et restera à ses côtés lors de ses déplacements. Quelques instants plus tard, le mâle frotera son corps sur la femelle en emettant des petits tressotements. Il essayera alors d'imobiliser celle-ci en s'enroulant autour d'elle et au besoin en lui mordant la nuque! A ce moment là, le mâle essayera de lever la queue de la femelle en utilisant sa propre queue. Si la femelle est consentante, elle laissera le mâle introduie un de ses hémipenis et dans le cas contraire elle le repoussera par des violents mouvements de queue. Il faut alors retirer la femelle de ce terrarium. Lorsque tout ce passe bien, l'accouplement dure quelques minutes et peut être répété plusieurs fois en quelques heures.

La ponte

La gestation dure environs 2 mois pour les espèces ovipares (Lampropeltis et Elaphes). A la fin de cette période, la femelle cessera de se nourrir tant les oeufs prennent de la place dans son corps. Elle se comportera alors de façon très active: toute la journée elle cherchera un lieu où pondre, un endroit chaud et humide. C'est le moment de placer dans son terra un récipient contenant de la vermiculite humide.

Un bon récipient doit être opaque et assez grand pour que la femelle puisse entrer entièrement dedans. Idéallement, ce récipient sera fermé par un couvercle percé d'un trou assez grand pour laisser facilement entrer l'animal qui viendra y pondre. Le fond sera constitué d'une bonne couche de vermiculite humide (5 à 10 cm) mais pas détrempée (lorsque l'on presse la main dedans, il n'y a pas d'eau qui doit s'écouler mais la main doit être humide).

Si on place trop tôt cette boite dans le terrarium, la vermiculite se désèchera peu à peu et la femelle ne retiendra pas ce site pour pondre. Si on le place trop tard, la femelle risque d'être dérangée par ce nouvel élément, elle s'en méfiera plutôt que d'aller l'explorer et finira par pondre sur le substrat sec et chaud du terrarium. Les oeufs risquent alors de se désécher si on ne les retire pas assez vite.
Un autre site de ponte de dernier recours que les femelles utilisent parfois sont leurs bacs à eau. Les oeufs qui y sont pondu risquent la noyade ou si on les retire avant, il y a un risque important de moisissure lors de l'incubation. Pour parer à cette solution, il faut remplacer son grand bac d'eau par un tout petit, trop petit pour acceuillir la femelle. Il faut également savoir qu'une femelle qui ne trouve pas de site de ponte ou qui a était trop ou trop peu nourrie risque de faire une rétention d'oeufs et de mourrir!

L'incubation

Le plus tôt possible après la ponte, il faut transférer les oeufs dans un incubateur. Ils doivent être déposé sur un lit de vermiculite humide. Il ne faut jamais retourner les oeufs, il est impératif que ceux-ci soient transféré dans leur position d'origine. Le risque est de noyer l'embryon dans l'oeuf. Cependant, si les oeufs ont moins de 24 heures, un retournement ou une légère rotation ne représente pas encore un véritable problème. Si les oeufs peuvent encore être séparés les uns des autres, faites-le. Le cas échéant, n'essayez surtout pas de les décoler par la force ou par n'importe quel autre moyen. Placer-les tel quel dans l'incubateur. Si un oeuf non fécondé ou mort pourrit, il risque de contaminer les oeufs qui le touchent.

La température, l'humidité et le temps d'incubation varie d'une espèce à l'autre. Cependant, il faut contrôlé régulièrement ces paramètres, les fluctuation de température et la sécheresse de l'air sont des facteurs influencant défavorablement la réussite de l'incubation. Pour maintenir une bonne température, il faut avoir un incubateur muni d'un thermostat de qualité et le placer dans un endroit où la température varie le moins possible. Pour maintenir un bon pourcentage d'humidité, il suffit de vaporiser de l'eau sur la vermiculite lorsque cela est nécessaire mais attention, jamais sur les oeufs! Au besoin, enlevez les du bac (sans les retourner!) le temps de la manipulation.

Les embryons qui sont dans les oeufs respirent, il faut donc un léger renouvellement de l'air dans l'incubateur. Ceci est d'ailleur aussi favorable pour éviter un développement de moissures mortelles pour les oeufs qu'elles contaminent. Si un oeuf collé à d'autres est mort, pourrit ou s'il est couvert de moissures, ne le toucher pas, n'essayer pas de l'enlever. Le risque de percer la coquille de l'oeuf sain est plus grand que le risque de contamination. Par contre, si un oeufs isolé présente les mêmes symptômes, enlevez-le immédiatement.

Un oeuf sain est de couleur blanche et plutôt gonflé. Un oeufs mort, avant de pourrir, est plutôt jaunâtre et souvent rapplati à certains endroits. Parfois, au cours de l'incubation, la coquille des oeufs sain présente certaines zone plutôt transparentes et/ou se raplatissent partiellement. Ceci n'est pas un problème, fiez-vous plutôt à la couleur pour déterminer si un oeufs est mort ou pas.

L'éclosion

Tous les jeunes naissent en même temps à 2 jours près. L'éclosion est relativement longue. On commance par appercevoir des découpes dans la coquilles des oeufs. Quelques dizaines de minutes après, les juvéniles sortent la tête de l'oeuf et reste comme cela pendant des heures entières! Lorsque l'on s'approche d'eux, ils rentrent à nouveau la tête dans l'oeuf. Finalement, au bout d'une bonne journée à 24 heures, ils finissent par sortir de l'oeuf entièrement et d'un seul coups en quelques minutes.

Il ne faut jamais sortir soit même un serpent de son oeufs. Tant qu'ils reste à l'intérieur c'est que des vaisseaux sanguins sont encore reliés à la coquilles. L'enlever reviendrais à provoquer une émoragie mortelle. Cependant, si un serpent contenu dans oeufs à la paroie découpée n'est pas sortit après 24 heures, il faut intervenir. Il faut découper un peu plus la coquille en aggrandissant légèrement les ouvertures déjà présentes. Faites TRES attention à ne pas blesser l'animal ou ne pas arracher des vaisseaux sanguins! Lorsque l'animal sort la tête, attendez encore 36 heures. Si il ne sort toujours pas, aggrandissez largement les ouvertures de la coquille en prenant les mêmes précautions que précédament. L'animal se retrouvera alors dans un oeufs en lambeau et sortira.

Il arrive parfois que les jeunes sortis de l'oeuf soit encore reliés à leurs sacs de vitellus. Ils se baladent alors avec un morceau qu'ils trainent par leur cloaque. Ils ne faut pas enlever ce sac, il tombera tout seul après s'être déséché.

Lorsque les jeunes sont sortis des oeufs, ils ne mangent généralement pas tout de suite, il faut attendre la première mue. Ensuite, on peu leur donner une premierère proie: petite et si possible vivante et bien remuante. L'odeur et les mouvements du "repas" inciterons les serpentaux à attaquer ce qui remue autour d'eux. D'ailleur, les juvéniles sont souvent très nerveux à cet age et attaquent tout ce qui bouge. Ce comportement s'éstompera avec les semaines qui s'écoulent.

Il est préférable de maintenir les jeunes individuelement dans des petites boites (15x20x15) avec pour substrat du papier absorbant et un pot d'eau suffisamant grand pour qu'ils puissent s'enrouler entièrement dedans. De cette manière il est très facile de voir quels sont les animaux qui mangent bien et quels sont ceux qui posent problème. Ceci est d'ailleur une obligation pour les Lampropeltis qui risquent de se dévorer entre eux!

Tant qu'un jeune serpent n'a pas manger au moins 5 repas, il n'est pas considéré comme "démarer", c'est-à-dire qu'il pourrait encore refusr de se nourrir de façon régulière. Il existe des parades à ce genre de comportement qui pourrait, à terme, être fatal pour le juvénile. Lorsque l'animal est bien démarer, il suffit de lui proposer à intervale régulier des proies de tailles appropriées. Allez jeter un oeuil dans la section "Nourissage" pour plus d'indications.

Le cas particulier des Thamnophis

Les Thamnophis sont des serpents ovovivipares, c'est à dire qu'ils ne pondent pas mais gardent leurs oeufs dans leurs corps pour les couver.

En ce qui concerne l'étape de l'hibernation, les Thamnophis n'y échappent pas (sauf éventuelement les éspèces du sub des USA). Pour assurer un peu plus le succès de la reproduction, après un jeûne forcée de 1 mois, il faut mettre les serpents au repos dans le noir et à 10°C pendant 7 à 8 semaines. N'oubliez pas de leur donner un petit bac à eau, assez petit pour qu'il ne puissent pas entrer entierement dedans (ils pourraient passer des semaines ainsi!).

Une fois sortis d'hibernation et à nouveau placé progressivement à 22-28°C, les Thamnophis s'accouplent directement. Dans la nature, une femelle est souvent courtisée par une centaine de mâle à la fois! En captivité, il est donc souhaitable de présenter au moins deux mâles en même temps à la femelle. Le cas échéant, l'envie de se reproduire n'est pas toujours très présente mais cela reste tout à fait possible. Vous pouvez laisser les animaux enssembles plusieurs jours sans problème. Une fois que vous avez constaté visuellement une ou plusieurs copulations, vous pouvez à nouveau éventuellement séparer les partenaires si vous souhaitez les maintenir dans des terra différents.

Entre 95 à 135 jours après la copulation, cela dépend de la température (plus chaud = plus proche de 95 jours), les jeunes sortirons du corps de la femelle chacun dans une enveloppe transparente et humide parcourue de vaisseaux sanguins. Très vite ils s'en dégagerons et seront imédiatement indépendant et prêt à se nourrir de petit poissons, vers ou rosés.

Il se dit que deux ou trois semaines avant la naissance des jeunes, la femelle mue. Il se dit également qu'une femelle mettra plus rapidement ses jeunes au monde si elle dispose d'une boite humide (vermiculite humide) où les naissance pourraient se dérouler. Certaines espèces ont 2 ou 3 portées sur une année. Généralement, plus la femelle est grande et agée, plus elle donne un grand nombre de serpentaux par portée.

100% Copyright© by Miwill since 2005