Serpents.be le site de Miwill. Lampropeltis, elaphes, thamnophis et cameleons, tout pour la maintenance, la reproduction et l'achat de ces reptiles
www.serpents.be by  Miwill.gif - 51589 Bytes
Contenu du site

 Accueil
 Conditions de vente
 Forum
 Petites annonces
 Génétique
 Liens
 Bourses
 Téléchargements
 

Les serpents

 Matériel
 Maintenance
 Nourrissage
 Reproduction
 

Les espèces

 Lampropeltis
 Elaphe (Pantherophis)
 Thamnophis
 

La boutique

 Animaux disponibles
 Adultes à vendre
 D'autres élevages
 Nourriture
 

Informations en bref

 Mises à jour
 Questions fréquentes
 Plan du site
Autre site Miwill:
Caméléons

 Me contacter:
  Miwill@serpents.be
 

Le nourrissage

1. Introduction
2. Intervales et quantitées de nourriture par repas
3. Le cas particulier des Thamnophis
4. L'élevage des souris
 
3. Le cas particulier des Thamnophis


Dans la nature, les Thamnophis fréquentent principalement les abords des points d'eau. Leur nourriture est donc avant tout constituée d'amphibiens, de petits invertébrés et de poissons. En captivité, il est presque impossible voire impenssable de fournir plusieurs fois par semaine un bon nombre de grenouilles, tritons ou vers de terre à nos serpents. Certaines de ces proies sont bien trop rare pour être sacrifiées au nom de notre passion et les autres sont difficile à trouvées durant les saisons froides.

Il reste donc les poissons qui figurent en bonne place dans les menus préférés des Thamnophis. Mais voilà, il ne faut pas oublier que les poissons contiennent tous de la thiaminase, une protéine qui détruit des éléments essentiels à la bonne santé des nos animaux: la thiamine.
Dans la nature, la destruction de cette thiamine est compensée par une réabsorption issus des autres proies. En captivité, la variation des proies proposées n'est pas si évidente à recréer durant toute l'année.

Un serpent en captivité qui se nourrit exclusivement de poissons a une espérence de vie fortement réduite et une mauvaise résistance aux maladies. Un des symptômes bien connus du manque de thiamine sont des mouvements aberrents dont ces animaux sont victime: ils se tournent sur eux-même en fesant des tonneaux, lorsqu'ils sont sur le dos ils n'ont plus le reflexe de se retourner et de se remettre à l'endroit, ils se déplacent de façon saccadée à des vitesse inadéquates, etc...

Il existe deux solutions à ce problème de nourrissage:

- mettre un complément sur les poissons avant de les donner en repas
- habituer les thamnophis à se nourrir de souriceaux.

La première solution n'est pas facile à mettre en oeuvre. Il est impossible de mettre de la poudre sur un poisson qui se déplace dans l'eau. Il faut donc sortir le poisson, le sopoudrer et le mettre dans une coupelle sèche en attendant que le serpent vienne le manger. Dans le meilleur des cas, le poisson n'essayera pas de se débattre et restera dans sa coupelle. Bien entendu, 9 fois sur 10 le poisson n'arrête pas de bouger et toute la poudre tombe ou reste collée sur la coupelle ou le substrat du terrarium.
De plus, si le poisson n'est pas consommé tout de suite il mourra et sèchera assez vite. Il deviendra quaziment sans intérêt pour le serpent qui boudera cette proie rigide, sèche et immobile.

Une alternative à ces désagréments peut être envisagée: il faut "cuisiner" une mixture à base de poisson et de supplément poudré. En broyant quelques poissons ou morceaux de poissons (filets vendus en supermarchés) et en mélangant ceci à des vitamines et autres suppléments, il y a moyen d'obtenir une pâte mieux équilibrée au niveau nutritif qu'un simple poisson. Cependant, les serpents ne mangent pas de bouillies, ils préfèrent les gros morceaux bien compactes. Pour ce faire, il faut ajouter à la mixture de la gelée que l'on utilise généralement pour faire de la confiture ou des garnitures de patisseries. Il devient alors facile de stocker cette préparation au congélateur sous la forme de fines plaquettes dans lesquelles on peu couper des lamelles. Les Thamnophis adorent!

L'autre solution consiste à habituer ces serpents à une proie qu'il ne consomment que rarement dans la nature: les souricaux rosés.
Pour ce faire, dès les premiers repas il faut habituer les jeunes serpenteaux à consomer des rongeurs. Cela n'est pas vraiment facile car les juvéniles préfèrent largement consomer des poissons, amphibiens ou invertébrés. Il faut donc trouver une astuce pour les inciter à prendre ce petit corps rosé entre les machoires: frotter un poisson sur le souriceau rosé !

Une fois que l'odeur du poisson aura imprégnée le petit rongeur, le Thamnophis se dirrigera vers lui et le mangera. Pour les tous premiers repas, il faut plutôt donner des morceaux de rosés ou de souris. La taille des jeunes ne leurs permet pas d'avaler un proie complète avant quelques semaines.

Cela ne marche pas à tous les coups malheureusement, la taille du rosé, sa forme et la faible intensité de l'odeur imprégnée font souvent hésiter les serpentaux. Si après 24 heures l'animal refuse le rongeur, enlevez le et donnez lui un petit poisson ou un ver de terre à la place. Il est inutile de prendre le risque d'affaiblir un serpentau qui vient de naître. Cependant, à chaque repas faite un nouvel essais, cela en vaut vraiment le coup.

Un de mes jeunes à mit 11 mois avant de manger son premier rongeur! Au même age, une de ses soeur que j'avais garder pour la reproduction fesait carément le double de sa taille. Il ne faut donc pas baisser les bras et incister à chaque fois.

100% Copyright© by Miwill since 2005